GUIDE DU DÉBUTANT POUR CRÉER SON ENTREPRISE EN FRANCE
VOUS AVEZ UNE IDÉE ET NE SAVEZ PAS COMMENT LA CONCRÉTISER ? OU VOUS ÊTES SIMPLEMENT CURIEUX ? QUELLES QUE SOIENT VOS INTERROGATIONS ET VOS ATTENTES, VOUS ÊTES AU BON ENDROIT ! EXPERT MARKET, PARTENAIRE DES ENTREPRISES, VA VOUS AIGUILLER SUR TOUTES LES ÉTAPES À SUIVRE POUR DEVENIR UN ENTREPRENEUR À SUCCÈS.

image_bulb

LA ROUTE VERS LE SUCCÈS N’EST JAMAIS TOUTE TRACÉE MAIS DÉTERMINATION ET PATIENCE PEUVENT GRANDEMENT VOUS AIDER À TROUVER LA BONNE VOIE. VOUS AUREZ AUSSI BESOIN :

1. De courage
image_bulb Ça n’est pas facile de faire le grand saut, ni d’affronter, parfois quotidiennement, toutes les embûches que vous pouvez trouver sur le chemin de votre création d’entreprise. Mais chaque problème a une solution ! Agissez avec calme, logique et sang-froid, après analyse approfondie de la situation.

Certains choix pourront mettre en péril votre activité mais il est décisif de les faire. Soyez courageux : de nombreuses réussites n’auraient jamais vu le jour sans courage !

3. D’engagement
image_bulb De l’extérieur, cela paraît simple. Vous êtes motivé à l’idée de créer votre entreprise donc il vous semble évident que vous lui consacrerez tout le temps nécessaire.

Mais attention : plus d’un tiers des nouvelles entreprises créées en France font faillite au cours de leurs trois premières années d’existence. Entreprendre n’est pas facile.

On imagine bien que tous ces entrepreneurs étaient motivés, voire même surmotivés, à l’idée d’être leur propre patron. Malheureusement, il y a des jours avec et des jours sans et c’est là qu’il vous faudra être vigilant : votre engagement doit être régulier et constant. Si les embûches se comptent par milliers et que vous accumulez les heures de travail, serez-vous toujours aussi engagé, constant et passionné ?

2. D’argent
image_bulb On dit que l’argent est le centre du monde et c’est d’autant plus vrai dans le monde de l’entreprenariat ! Se lancer dans la création d’une entreprise sans avoir les ressources nécessaires revient à essayer de grimper un arbre avec un bras attaché dans le dos : c’est difficile, voire impossible. Heureusement, il existe de très nombreuses solutions de financement pour aider chaque futur entrepreneur à créer son entreprise de la meilleure façon qu’il soit. N’hésitez pas à en apprendre plus au chapitre 4 !

4. De chance
image_bulb Il y a des choses que l’on ne peut malheureusement pas contrôler et la chance en est une. La meilleure organisation, le meilleur plan d’affaires et beaucoup d’argent ne vous empêcheront jamais de rencontrer un milliard de pépins.

D’où l’importance d’être prêt à saisir chaque opportunité – surtout si elles sont rares ! Imaginez que vous gérez une boutique de parapluies. Vous ne pourrez malheureusement pas influencer la météo mais vous pourrez gérer vos stocks de manière maligne et correcte pour être prêt les jours de pluie.

Donc lorsqu’une opportunité se présente, saisissez-la !

SELON L’INSEE, PLUS DE 97% DES ENTREPRISES FRANÇAISES SONT DES PME ET DES MICROENTREPRISES. ELLES SONT LE PRINCIPAL CRÉATEUR D’EMPLOI ET DE RICHESSE DU PAYS. NOTRE ÉCONOMIE DÉPEND DE LA RÉACTIVITÉ, DE LA DÉTERMINATION ET DU COURAGE DE LEURS DIRIGEANTS.

En quoi créer votre entreprise en France peut-il vous être bénéfique ?

La France est un pays idéal pour démarrer votre activité. Avec son territoire bien organisé, la variété de ses formes sociales et toutes les aides à l'entrepreneuriat disponibles, l’Hexagone est bel et bien l’endroit parfait pour faire de votre projet une réalité.

Un territoire aux multiples atouts
image_bulbLes importantes voies de transports, les aéroports internationaux et l’excellent réseau de communication du territoire français supportent les entreprises tricolores à l’international. S’y ajoutent sa richesse culturelle, sa démocratie stable, ses multiples aides au développement et le haut niveau de formation de sa main d’œuvre. Saviez-vous que le montant des impôts et le coût de sa main d’œuvre sont pile dans la moyenne européenne ?

Un marché mature
image_bulbLa France est un marché mature, et tout entrepreneur en herbe peut trouver un grand nombre d’informations sur son secteur. Le pays est idéal pour lancer des produits ou développer de nouveaux concepts et services.

Des chances d’investissement décuplées
Human ResourcesOn ne le dira jamais trop : les PME et microentreprises sont le poumon de l’économie française, et la France le leur rend bien ! De nombreuses aides à l’investissement ont été mises en place ces dernières années pour aider chaque entrepreneur à se lancer et à pérenniser son activité. Pour en savoir plus, c’est le chapitre 4 qu’il faut lire !

Chapitre 1
TRANSFORMER L’IDÉE EN PROJET

image_bulb C’est bien connu : savoir, c’est pouvoir. Et pour vous permettre de prendre du recul sur votre idée et estimer si elle vaut la peine d’aller plus loin, il vous faudra mener une petite enquête.

Testez-vous !
Pour savoir si vous êtes prêt à entreprendre, si votre motivation est sans limite et pour vous aider à y voir plus clair, rien de mieux que ce test proposé par la Chambre du commerce et de l’industrie. En quelques questions, vous serez capable de déterminer si votre détermination est à la mesure de l’enjeu.

Testez votre détermination sur la plateforme des chambres de commerce et d’industrie

Déterminez votre marché potentiel
Le néo-détective que vous êtes devra interroger les passants et les habitants de votre quartier pour comprendre leurs habitudes de consommation, leurs besoins, leurs attentes et si un marché pour votre produit ou service existe réellement.

Comment évaluer son marché potentiel ?
Comment évaluer le marché potentiel de votre produit ou service ?

Évaluez la concurrence
Il vous faudra connaître vos potentiels concurrents par cœur. Déterminez qui ils sont et consultez leurs comptes s’ils sont publiés (sur societe.com par exemple). Estimez aussi le chiffre d’affaire du secteur pour avoir une idée précise de votre chiffre d’affaire potentiel. Plus vous aurez d’informations, plus vous pourrez déterminer si une opportunité est à saisir !

Trouvez votre argument clé de vente
N’ayez crainte : derrière ce nom barbare se cache un concept très simple plus connu sous le nom de Unique Selling Proposition. Vous devez trouver ce qui vous différencie totalement de vos concurrents. Une fois cet élément différenciateur trouvé, il vous suffira de l’utiliser telle une arme contre vos concurrents pour grignoter leurs parts de marché.

Trouver son USP rapidement

Chapitre 2
BÂTISSEZ LES FONDATIONS DE VOTRE PROJET AVEC UN PLAN D’AFFAIRES SOLIDE
Quand vous serez complètement décidé à vous lancer, retroussez vos manches et créez le meilleur plan d’affaires qu’il soit. Votre futur en dépend. Expert Market vous explique pourquoi.

image_bulb À qui le plan d’affaires est-il destiné ?
Le plan d’affaires est tout d’abord destiné à… vous-même ! Il s’agit de compiler par écrit toutes les données que vous avez récoltées et tous les enseignements qu’elles vous ont apportés.

Vous devrez le partager avec vos potentiels investisseurs ou des institutions bancaires.

Pourquoi ?
Son but est de convaincre vos interlocuteurs de l’intérêt, de la faisabilité et de la pérennité de votre projet. Il sert aussi à tracer les grandes lignes de vos premières années d’activité. Il permet de se projeter dans les trois prochaines années et de comprendre comment vous prévoyez l’évolution de votre entreprise.

Comment ?
Réunissez toutes les informations que vous avez déjà collectées, soit votre étude de marché, votre évaluation de la concurrence, votre argument clé de vente mais aussi votre positionnement et l’estimation de votre chiffre d’affaire et de celui du secteur concerné. Présentez votre produit ou service et votre modèle économique, à savoir comment vous ferez de l’argent et serez rentable. La méthode SMART est vivement recommandée pour créer des objectifs spécifiques, mesurables, acceptables, réalistes et délimités dans le temps.

Les 6 étapes pour rédiger son business plan
Comment faire un excellent business plan en 6 étapes ?

Chapitre 3
LE BON STATUT POUR LA BONNE ENTREPRISE
image_bulb Voici l’un des choix les plus difficiles de la création d’entreprise : celui du statut. De ce choix dépendra l’avenir de votre entreprise et le vôtre. Expert Market détaille les différents statuts possibles ci-dessous !

Vous souhaitez tester votre activité ? Devenez auto-entrepreneur !

L’auto-entreprenariat vous permet de :

  • créer une entreprise rapidement opérationnelle à la gestion simplifiée ;
  • ne payer d’impôts que sur ce que vous aurez gagné ;
  • cesser votre activité avec une simple déclaration.

À savoir : Cette forme sociale limite vos revenus en plafonnant le chiffre d’affaire. Deux plafonds de chiffre d’affaire annuel hors taxe sont à respecter en fonction de l’activité de votre entreprise : l’un de 70 000 €, l’autre de 170 000€. Cliquez sur le lien suivant pour découvrir le site de la Banque Publique d’Investissement, véritable mine d’informations sur ces plafonds à respecter.

Les seuils du régime micro-entrepreneur ou auto-entrepreneur : précisions importantes

Vous souhaitez être indépendant ? Les statuts EI, EIRL et EURL sont faits pour vous !

L’entreprise individuelle (EI) :

  • ne requiert que peu de formalités et aucun capital minimum – impossible de se noyer sous les modalités administratives ;
  • est idéale pour démarrer son entreprise rapidement.

À savoir : Les dettes professionnelles seront liées à votre patrimoine personnel. Réfléchissez bien avant d’opter pour ce statut a priori séduisant !

L’entreprise individuelle, un statut pour créer une entreprise facilement

L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) :

  • vous permettra de vous protéger en créant un patrimoine spécialement dédié à l’entreprise, protégeant ainsi votre patrimoine personnel ;
  • est très peu coûteuse à créer, voire même gratuite dans certains cas.

À savoir : Les contraintes sont bien plus lourdes que pour les autres formes sociales précédemment citées.

Fiche pratique de l'entreprise individuelle à responsabilité limitée
Créer une EIRL : les avantages de ce statut

L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) :

  • a un fonctionnement souple ;
  • limite les risques aux seuls apports ;
  • permet de créer une société avec un capital limité ;
  • peut se transformer en SARL.

À savoir : En tant que gérant, vous ne pourrez pas avoir le statut de salarié. Vous serez donc moins bien protégé.

L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL), un statut à associé unique à fort potentiel d’évolution

Vous êtes plus d’un dans l’aventure ? Alors optez pour la SARL, la SAS ou la SA !
La société anonyme à responsabilité limitée (SARL) :

  • accepte de 2 à 100 associés ;
  • limite la responsabilité des associés au montant de leur apport ;
  • exige un capital minimum de 1 €.

À savoir : Les professions juridiques, judiciaires et de santé (hors pharmaciens) ne peuvent pas opter pour ce statut.

La société à responsabilité limitée (SARL), un statut avec un apport minimum flexible

La société anonyme (SA) :

  • limite la responsabilité des associés au montant de leur apport ;
  • permet de réunir beaucoup de capitaux. Le capital minimum est de 37 000 €.

À savoir : En fonction de vos activités, le nombre minimum d’associés varie de 2 à 7.

La société anonyme (SA) : des projets d’envergure, avec une responsabilité limitée

La société par actions simplifiées (SAS) :

  • limite la responsabilité des associés au montant de leur apport ;
  • n'exige aucun minimum de capital : cette forme vous permet d’être plus flexible et réactif.

À savoir : Les professions juridiques, judiciaires et de santé ne peuvent pas opter pour ce statut.

La société par actions simplifiée (SAS), un statut souple et une responsabilité limitée aux apports

Chapitre 4
Pas de financement, pas d’entreprise
L’argent, l’oseille, les pépètes… Quelle que soit la façon dont vous l’appelez, il constitue un élément décisif de la création de votre entreprise.

Comment le trouver ? Qui peut vous aider ? Par où commencer ? Tout ce que vous devez savoir se trouve ici !

image_bulb

Jouer solo

Financer soi-même son entreprise n’est qu’un rêve pour beaucoup d’entre nous.

Mais de nombreuses solutions vous permettant de garder une certaine indépendance existent !

  • Avec l’aide de plateformes collaboratives telles que Kiss Kiss Bank Bank ou Ulule, vous pouvez créer et financer votre projet grâce à des dons. Il vous suffira d’accorder, en échange, des contreparties.
  • Demander de l’aide à ses amis, à sa famille ou à ses relations professionnelles est de plus en plus courant. Et ça marche : personne ne peut résister à un plan d’affaires bien rédigé !

À savoir : Soyez imaginatif ! Les contreparties peuvent être diverses et variées. Du tote bag, au stickers, en passant par l’un de vos produits ou des expériences inoubliables comme la visite de votre lieu de production : innovez et surprenez vos futurs contributeurs ! Et n’oubliez pas de penser à tous les budgets en proposant un large échantillon de choix.

Le crowdfunding ou financement participatif : un outil de financement de la création d’entreprises
Les différents modes de financement des entreprises

La banque à la rescousse

Muni de votre plan d’affaires, vous devrez sûrement convaincre une banque de vous apporter son soutien.

Sachez que sans fonds propres, donc sans apport de votre part, décrocher un prêt peut s’avérer difficile, voire impossible. Mais si votre projet tient la route, a un réel potentiel de croissance et promet d'engranger des bénéfices, il n’y a aucune raison qu’une banque refuse de vous aider.

5 conseils pour bien financer votre projet

La caisse de la communauté

On en parlait précédemment : l’État français aide quotidiennement les futurs entrepreneurs à passer du rêve à la réalité. Alors, pourquoi pas vous ?

Il existe de très nombreuses aides adaptées à chaque secteur, chaque entrepreneur et chaque situation. N’hésitez pas à vous rendre sur le site officiel de l’administration française pour y découvrir toutes les aides disponibles et les profils concernés.

N’oubliez pas de frapper à la porte des associations ! Certaines ont pour vocation d’aider les futurs entrepreneurs dans leur création d’activité. C’est le cas de l’ADIE, l’Association pour le Droit à l'Initiative Économique, qui propose des financements, des conseils et des formations sur la création d’entreprise.

En un mot : vous n’êtes pas tout seul.

Financement de la création ou reprise d'entreprise
Les différentes aides de l'état pour la création d'entreprise
Site de l’ADIE

Chapitre 5
Faire d’une obligation, un avantage

Les impôts sont souvent considérés comme la bête noire de l’entreprenariat. Pourtant, ils peuvent donner un véritable coup de pouce à votre entreprise. Expert Market vous aide à y voir plus clair.

Quel impôt pour quelle forme sociale ?

Entreprise individuelle (EI)Impôt sur le revenu
Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)Impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés
Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)Impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés
Société à responsabilité limitée (SARL)Impôt sur les sociétés sauf exceptions
Société anonyme (SA)Impôt sur les sociétés sauf exceptions
Société par actions simplifiée (SAS)Impôt sur les sociétés sauf exceptions

Si votre statut correspond au régime fiscal de l’impôt sur le revenu, vous serez imposé, en tant que personne, sur votre participation au capital. Si vous possédez 100% du capital, vous serez donc imposé sur la totalité du capital.

Dans le cas de l’impôt sur les sociétés, ce sont les bénéfices réalisés qui sont imposés. Vous ne devrez pas payer d’impôts à titre personnel.

À savoir : Gardez en tête que si votre entreprise est une EIRL ou une EURL et que vous souhaitez être soumis à l’impôt sur les sociétés, il ne sera pas possible de retourner en arrière. Votre décision sera irrévocable.

Maintenant que vous savez à quelle sauce vous serez mangé, il est temps d’aborder les exonérations fiscales que l’État français peut vous accorder.

Tentez votre chance : votre future entreprise pourra peut-être prétendre à l’une d’entre elle ! Certaines entreprises sont exonérées de cotisation foncière des entreprises à hauteur de 60 % tandis que d’autres sont entièrement exemptées de l’impôt sur les bénéfices, sur les revenus ou sur les sociétés pendant 5 ans.

Ces allègements donneront un sérieux coup de pouce à votre activité. Alors sortez votre calculatrice car de belles économies sont à faire !

Quel statut juridique choisir pour son entreprise ?
Je déclare et je paie les impôts de mon entreprise
Allégements fiscaux
Les allègements fiscaux accordés aux entreprises

Chapitre 6
Retour à l’école

image_bulb Il est maintenant temps de faire le point sur vos connaissances car certains secteurs exigent l’obtention de licences. Et pour cela, il va falloir retourner sur les bancs de l'école… Imaginons que vous souhaitez ouvrir un bar. Pour obtenir votre licence de débit de boissons, il vous faudra suivre une formation spécifique.

Dans certains cas, votre expérience dans le secteur peut être suffisante et vous éviter de devoir passer une formation.

Nous pouvons vous certifier une chose : toute expérience est bonne à prendre. N’hésitez pas à faire un stage ou une formation, particulièrement si vous n’avez aucune expérience dans votre futur secteur d’activité. Cela vous permettra d’acquérir une idée de la réalité du métier, des connaissances, des contacts et des bons réflexes à acquérir.

Renseignez-vous aussi en amont pour savoir si votre secteur d’activité fait partie de ceux réglementés. Si oui, il vous faudra parfois faire des formations, des stages, avoir un âge minimum ou des garanties financières particulières.

Il existe plusieurs moyens de financement pour les formations et les stages. Si vous êtes salarié, votre compte personnel de formation peut vous être justement très utile. En tant que demandeur d’emploi, vous pouvez solliciter une aide individuelle à la formation auprès de Pôle emploi.

Tout au long de votre carrière, même si votre entreprise vous demandera beaucoup de temps et d’engagement, continuez de vous former. D’autres organismes tels que l’Agefice ou le Fonds d’assurance formation pourront vous aider à financer vos formations.

Obtenir une licence de débit de boissons
Liste des activités réglementées
Suivre une formation à la création d’entreprise

Chapitre 7
Le bon endroit et le bon entourage
image_bulb
À chaque entreprise son emplacement. Ouvrir un commerce de détail dans une zone industrielle mettra sûrement en péril votre activité. Mais si vous êtes garagiste, c’est un très bon moyen d’avoir un emplacement plus grand pour moins cher.

Le choix du futur emplacement de votre entreprise doit se faire avec précaution. Posez-vous les bonnes questions : quels sont les besoins de mon entreprise ? Dans quel secteur mes potentiels clients s’attendent-ils à me trouver ? De quelle surface ai-je besoin ? Quel est mon budget ?

Étudiez les emplacements de vos concurrents, analysez la concurrence existante dans les zones que vous envisagez.

Pensez aussi aux frais d’aménagement. En fonction de votre activité, ceux-ci impacteront plus ou moins votre budget.

Un certain nombre de personnes pourront vous aider dans votre quête. L’ADIE, bien sûr, comme nous vous en avons parlé au chapitre 4, mais aussi la Chambre de commerce et d’industrie. N’hésitez pas à en trouver une proche de chez vous et à y demander conseil.

Enfin trouvez-vous un mentor. Bien s’entourer est essentiel et profiter de l’expérience d’autrui ne peut qu’être bénéfique et judicieux pour créer et pérenniser votre future société. La Chambre de commerce et d’industrie peut vous aider à vous créer des contacts dans votre secteur. Faites-vous connaître en vous rendant à divers évènements tels que des foires et des salons. Prenez contact avec des organisations professionnelles et n’oubliez jamais de tendre votre carte de visite !

L’annuaire des CCI de France
Comment bien choisir son emplacement commercial ?

Chapitre 8
Misez sur le digital
Internet a bouleversé la façon dont les entreprises appréhendent leurs clients. Selon une étude de BVA, 78% des acheteurs s’informent en ligne avant d’acheter en magasin. Faites d’internet l’un des moteurs de votre business !

image_bulb Étape 1 :
Créez votre propre site ou votre blog, en faisant appel à un professionnel, à des éditeurs de sites en ligne tels que Wix ou Squarespace ou en le réalisant vous-même si vous maîtrisez le sujet.

Pour maîtriser les bases du marketing digital, Google propose des formations gratuites et ludiques sous forme de vidéos et quizz. Elles vous apprendront comment rendre votre site internet populaire et efficace.

Ateliers numériques Google
Outil Google My Business

Étape 2 :
Bouleversez les réseaux sociaux !
Alors que Facebook est le réseau le plus populaire en France, captant 65 % des utilisateurs selon Hootsuite, il est nécessaire de se demander quel réseau social sera le plus bénéfique pour votre entreprise.

Renseignez-vous sur les habitudes des personnes habitant dans votre secteur. Quels réseaux utilisent-ils le plus souvent ? Auquel font-ils le plus confiance ?

Mettez-vous dans la peau de votre cible. Quel est l’âge moyen de vos clients et prospects ? Quel est le réseau social le plus populaire de cette tranche d’âge ?

Choisissez aussi vos réseaux sociaux en adéquation avec votre offre. Si vous ouvrez une entreprise de plomberie, un compte Instagram est-il vraiment le meilleur moyen de recruter de nouveaux clients ?

Sortez des sentiers battus ! Les réseaux sociaux plus spécialisés seront forcément moins populaires que les plus connus mais les internautes s’y trouvant sont déjà familiers avec votre secteur. Vous aurez donc plus de chance de vous faire connaître dans le milieu et de créer des contacts professionnels.

Le digital en France
Quel réseau social choisir pour faire connaître son entreprise ?
Annuaire des réseaux sociaux spécialisés

Étape 3 :
Gardez le contrôle sur votre réputation digitale
Chaque semaine, réservez un moment pour mettre à jour vos statuts et poster des articles. C’est en étant régulier que vous prendrez le contrôle de votre présence digitale, ce qui vous permettra de développer votre activité hors ligne sur le long terme.

Répondre aux questions et commentaires, qu’ils soient bons ou mauvais, avec ouverture d’esprit, bienveillance et tolérance sur les réseaux sociaux, sur Google et sur des sites tels que Yelp ou Tripadvisor changera le point de vue des internautes qui vous liront.

Guide de démarrage rapide de l'espace Propriétaire TripAdvisor
E-réputation d'entreprise : définition et fonctionnement
L’importance des avis en ligne pour votre commerce

Vous voilà fin prêt à démarrer votre entreprise ! Alors qu’attendez-vous ? Lancez-vous ! En vous posant les bonnes questions, en faisant appel à votre logique, en restant déterminé et organisé, vous atteindrez votre objectif.

VOUS AVEZ APPRÉCIÉ CE GUIDE ? PARTAGEZ-LE : image_bulb

Si vous avez apprécié ce guide, aidez les autres en le partageant!

Produit par Expert Market
Design: Conquer